Sivom de Neufchère

http://mairie-marthille.fr/sivom-de-neufchere
Le Sivom de Neufchère regroupe les communes de Bréhain, Chateau-Bréhain, Chicourt, Fremery, Marthille, Oron et Villers sur Nied.

Créé en 1974, par arrêté prefectoral, le syndicat à vocation multiple de Neufchère est né d’une volonté de partaneriat entre des petites communes qui ne voulaient pas voir mourir leurs écoles. Leurs élus pensaient que les enfants de la campagne devaient pouvoir fréquenter l’école maternelle.

Il fallait lui trouver un nom et pour ne privilégier ni pénaliser aucune commune, le choix se porta sur le nom d’une chapelle, Neufchère, qui se trouve encore au milieu du ban total des 7 communes. Elle se trouve sur le ban de Chicourt, en haut de la route qui monte du village de Chateau Bréhain vers la RD 20.

Ce syndicat a donc comme principale compétence, le regroupement pédagogique de toutes les classes, ce fut le premier en Moselle.
Les élus eurent quelques difficultés adminsitratives. Leur volongé et ténacité leur donnèrent raison.
Une école fut construitre en 1981 et regroupe entre 70 et 90 enfants, selon vue-sur-la-classe-des-maternellesles années, selon leur âge en maternelle ou en primaire.

Pendant les grandes vacances, l’ouvrier intercommunal, géré par le syndicat, remet entièrement en peinture une salle ou couloir ou toilettes.
Ainsi, aujourd’hui, l’école a toujours fière allure.

Les élus peuvent effectivement être fiers de leur école.
Le premier regroupement concentré de Moselle a été réalisé par de petites collectivités.

En 2010, les élus ont décidés de renforcer l’isolation de l’école. http://mairie-marthille.fr/lecole-de-neufchere

Les 35 ouvertures ont été changées et les plafonds des salles de classes furent abaissés et recouverts de laine de verre.
Un plus pour les enfants de leurs communes.

Après délibérations du comité, le syndicat a rendu aux communes, la compétence assainissement. Les études ayant été réalisées, chaque commune peut ainsi réaliser les travaux à son rythme.

Un repas regroupe chaque année, les anciens des 7 villages, qui sont enchantés de pouvoir ainsi retrouver leurs amis et connaissance.

Trimaisa

http://mairie-marthille.fr/trimaisa

Une tradition toujours vivante.
Les jeunes passent de maison en maison en chantant le « Trimaisa »
c’est une quête destinée à fleurir l’autel de la Vierge Marie durant l’année.

Ce chant mélange patois lorrain et français en voici le texte

« c’est aujourd’hui le premier mai

or avril est déjà passé

étant venu étant allé

est entouré de méchancheté

o trimaisa ça lo mai et lo mi mai o joli trimaisa

j’avos passé dedans les champs

j’avos trouvé les blés si grands

les orges et les avoines

les aubépines fleurailles

o trimaisa ça lo mai et lo mi mai o joli trimaisa

allons voir dans votre ba’on

s’il n’y em trop beau gaon

c’est * le plus beau

o trimaisa ça lo mai et lo mi mai o joli trimaisa

allons voir dans chambratte

s’il n’y em trop be banslate

c’est * la plus belle

o trimaisa ça lo mai et lo mi mai o joli trimaisa

c’n’est pas pour nous que nous quettons

c’est pour la Vierge et son enfant

o trimaisa ça lo mai et lo mi mai o joli trimaisa

c’est en vous remerciant

de vos dons de vos présents

o trimaisa ça lo mai et lo mi mai o joli trimaisa »

* le prénom du plus jeune
* le prénom de la plus jeune

l’Orgue

http://mairie-marthille.fr/lorgue

La paroisse de Marthille a la chance de posséder un orgue.

Voici son descriptif :

Orgue Henri Vondrasek (1938)

1 clavier de 56 notes et pédalier de 30 notes.
Transmissions mécaniques.
Composition :
Clavier manuel:

Bourdon 8′ (B)
Flûte 8′ (D)
Salicional 8′ (B et D)
Montre 4′ (B)
Prestant 4′ (D)
Quinte 2′ 2/3 (B)
Nazard 2′ 2/3 (D)

Viola 2′ (B et D)
Mixtur III rgs (B)
Cornet V rgs (D)

Pédale
Subbass 16’

Tirasse clavier

C’est dommage que les fidèles ne l’entendent plus. Le prêtre desservant la paroisse a en charge les paroisses de tout le canton de delme. Lors des rares messes célébrées dans l’église, l’organiste utilise un clavier portatif.

Procession

http://mairie-marthille.fr/procession

Emotion renforcée en 2013, car cette cérémonie n’avait plus été vue dans les rues du village depuis 33 ans.

C’était en 1980, lorsque l’Abbé PETRY, curé depuis 44 ans, prit sa retraite.

Depuis, les paroissiens ont beaucoup voyagé, la paroisse est prise en charge tour à tour :

en 1980, par le Père Michel BOUR, jusqu’à son décès,

en 1985, par l’Abbé BERRIATTE de Jallaucourt, jusqu’à son décès

en 1987, par l’Abbé Jean-Marie CASIER son successeur à Jallaucourt, jusqu’à sa nomination à Sarreguemines,

en 1998, par le Chanoine Paul HOLVECK, de Lesse jusqu’à sa retraite,

en 1999, par l’Abbé Laurent PICCA de Lesse, puis de Delme jusqu’à son départ pour Thionville,

en 2007 par l’Abbé Patrick BENCE

a-cette-occasion-la-statue-a-ete-remise-en-peinture-par-deux-benevoles